Premier jour...
J'dois couper la musique...
Et arrêter mes conneries...
Matin...
Comme un truc pas calme...
Y a toujours un moment où tu te lèves et t'es en pleine forme...
Ca t'étonne même...
Cette banalité d'aller bien...
Sans prise ou mal à la tête...
Comme si tu savais d'un coup jouer du piano...
Ca sonne bien...
Je dois être homosexuel...
Ou écrivain...
Toute façon c'est pareil...
C'est ambivalent...
Posé quoi...
Et personne les connait vraiment...
J'ai bien un carnet Moleskine blanc car le noir tout le monde en a...
Et ça me va bien...
Un sweat aussi avec des fleurs sweet...
Et habiter au-dessus d'une église même moderne pour savoir le temps qui passe à chaque tintement...
Je me sens bien et je trouve ça drôle...
Comme quelque chose de pas normal...
Tranquille...
T'es inspiré, toi...
Asseyez-vous...
Y a une tour de Kapla qui s'effondre pas et que même si j'ai envie je peux la faire s'écrouler...
Tout va bien, j'arrive...
Je vous ai dit de vous asseoir...
Ne soyez pas égoïste...
Prenez cette chaise...
Ca commence comme ça ?
Ouais...
Comme ça...
Ou presque...
Comme une entrée en gare...
Y a toujours des gens devant toi qui font comme si t'existais pas...
J'ai envie de les pousser..
Oh Bouge !
Le monde est à moi, t'as compris ?
Si ça vous plait on est content alors...
Sinon c'est pareil...
Tout se passe Voie I...
La lettre i pas le chiffre 1...
Première classe, embarquez...
Tout et rien sera déraisonnable...
Avec l'envie d'écrire, de lire et de tout jeter par la fenêtre...
L'attachement n'est pas le-même selon les gens...
De quoi tu parles ?
De rien comme toujours...
T'es toujours debout ?
T'as rajouté des choses, non ?
De quoi tu parles ?
Bon nombre de gens sont en pleine forme souvent...
A tel point qu'ils n'en font pas gaffe...
N'en tienne pas rigueur...
J'ai rien pris aujourd'hui...
Rien...
Juste une veste...
Un peu démodée la veste...
Et un sac de voyage vide...
Comme moi, vide...
Je fais semblant d'être affairé...
D'avoir une vie excitante...
De partir...
De revenir...
De changer d'air...
D'aller vite...
De vivre quoi...
Mais tout va pas...
Ou pas comme je veux, quoi...
Loin...
Loin...
C'est tout changer, non ?
J'devrais prendre ces putains de vitamines et tout noter comme toi...
Pour pas oublier mes rêves et tout ce que j'ai bouffé dans ma putain de vie...
Ca fait combien de cahier tout ça ?
Combien de lignes, de trucs ingurgités ?
Et ressortis...
Des fois j'voudrais pas sortir du lot...
Qu'on me remarque pas ou plus...
Ne plus faire l'intéressant...
Ne plus l'être...
Mais j'aimerais pas putain te ressembler...
Dans cette putride banalité...
...

Deuxième jour...
Ecrire avait quelque chose de rassurant...
D'attendrissant...
Peut-être...
Auquel on ne pouvait échapper...
Comme un dialogue intérieur en attendant que le sol sèche...
La nuit...
Tout est calme, sauf moi...
J'entends plus rien...
Juste je t'attends...
On dit bien non on dit pas...
Que la nuit rien ne se passe...
Alors que tout est fait pour rallonger le jour...
En buvant tasse de café sur tasse de café...
Rien n'échappait à rien...
Ni au jour ni à la nuit ni à rien...
Tout était fait pour qu'on s'éloigne...
Ne se comprennent pas...
Comment on dit déjà ?
J'avais juste cette impression que non en fait non...
J'avais pas l'impression...
T'imagines les corps des gens qui dans la terre nourrissent les arbres plantés dans les cimetières...
Comme un éternel cycle cyclique de la nature...
C'est juste juste et préférable à...
Ou très beau aussi...
Je peux comprendre ça aussi...
Comme l'intérêt que l'on porte tu sais aux affiches accrochées aux poteaux des rues avec une photo dessus...
S'il-vous-plait l'avez-vous vu ?
Alors je reprends mes notes comme une méditation...
Je tourne les pages...
Remonte le cours des choses...
Il parait qu'entre la vie et la mort y a rien...
C'est quoi ce laps de temps de rien...
On se rapproche toujours de l'autre en laissant l'autre derrière...
Je sais pas si tu me comprends...
Ca fait peur...
Quand tu sais que c'est pareil pour tout le monde...
Juste différent pour ceux qui sont pas nés...
Ou simplement mort...
Ou déjà...
Ou pas encore...
J'ai peur qu'on me remarque même pas...
Même si je fais tout pour...
Ou rien contre...
C'est comme ça...
Pas besoin d'atelier d'écriture pour ratés de service...
Pareil pour tout le monde...
Pareil...
Ouais...
Comme tout le monde...
Ratés...
A partir d'une certaine nuit c'est déjà le jour...
Minuit c'est la moitié ?
On est déjà le matin...
Ou presque...
Le décalage horaire dans ta gueule putain...
Je pars à l'envers et tu lis pas ce que j'écris...
...

Troisième jour...
Des fois les gens me demandent si on croit au destin...
Tu y crois, toi ?
Je sais pas...
Mais des fois oui...
Mais des fois non...
Et des fois ouais c'est trop flou...
C'est pas toi qui choisit...
Non...
C'est le destin qui s'en charge...
Tu vas où ?
Je sais pas...
Tu veux pas t'asseoir ?
Non...
C'est comme ça que ça commence ce soir...
Comme un rien...
Comme une hésitation ou un trouble...
Qu'est-ce qui a changé ?
Je sais pas...
Les gens aiment bien ce que t'écris ?
Oui, pourquoi ?
T'es sûr ? Sûre ?
J'en sais rien...
Non...
En fait ça m'importe peu...
Ce qui compte c'est que toi tu sois là...
En face de moi...
Quelque part...
En face de moi...
Que je te connaisse ou pas rien n'est vraiment grave...
Non...
J'arrive toujours pas à me concentrer...
A me dire oui ou bien non ou bien je sais pas...
Mais j'essaye...
C'est ce que je fais toute ma vie...
C'est quoi la perception des choses ?
Se laisser porter...
S'épancher...
Etre addictif...
T'aimes la musique ?
Pourquoi tu me parles tout le temps ?
T'aimes boire ?
Tu m'aimes ?
Percevoir ce changement d'état de l'être...
Ce clignement de paupière...
Cette fermeture aux autres...
Cette exclusivité à moi-même...
A la matière...
On dit bien ton sourire, c'est sourire, non ?
J'en ai jamais vu d'aussi joli...
Si sincère et déterminé...
Je reste...
Non...
Je pars plus...
Je suis juste scotché...
Je fais pas semblant...
Je fais l'air indifférent alors que je kiffe...
Oui trop...
Je fais pas semblant...
Je reste face à toi...
...

Quatrième jour...
Comme un recommencement...
Ca pourrait être un lundi...
Ouais c'est ça...
Lundi...
Tout pourrait recommencer...
Tout est à reconstruire...
Comme si rien ne s'était vraiment passé...
Mais comment oublier...
Que toutes tes affaires ont quitté ton enveloppe corporelle...
Ton espace vital...
On dit bien que les objets ne sont que des objets...
Pourtant je t'imagine toujours là...
A l'intérieur de cet espace vital...
Mais quand tu sais que t'es morte ça fait bizarre...
Que tu portes plus cette chemise ou ce parfum...
Que cette fleur séchée était tout le temps dans tes cheveux...
Que la place dans le lit était chaude à côté de moi...
Pourquoi es-tu partie ?
Je ne pourrais jamais répondre à cette question...
Ni toi...
Que fais-tu maintenant...
Tu voles ?
Tu te déplaces vite ?
Tu passes à travers les murs ?
A quoi ça te sert d'être triste tout le temps ?
A quoi ça te sert de jeter les livres par terre...
Ou la vaisselle...
Tu crois que ça fait peur, ça fait que du bruit...
Rien de plus...
Qu'un courant d'air...
Que j'ai aimé...
T'es inspiré ?
Entre à l'intérieur de moi...
Regarde avec mes yeux ce que je suis sans toi...
...

Cinquième jour...
Sentir...
Tu sais...
Cette sensation qui part des narines...
Qui te remplit de l'intérieur...
Reste...
Ce qui a autour de toi...
Larmes...
Pas pour respirer...
Air...
Tu t'en rends plus compte...
Non...
Analyse juste...
Vois...
Tu te rappelles toutes les fragrances de son parfum, toi ?
Toi...
Cette douce présence dans l'air...
Toi...
Douce...
Parfum...
Toi...
Douce...
Comme si les fantômes prenaient toute la place...
Toi...
Peur...
Toute ta tête...
Chaque centimètre carré de ta peau...
Bien...
Recouverte...
Peau...
Ecrasée...
Meurtrie...
Et caressée...
Juste...
N'attends rien des gens...
Non...
Contente toi d'être content...
Plus rien...
Juste...
Toi...
Tu peux pas faire toutes les boutiques...
Elle...
Non...
Toi...
Peur...
Non pas elle...
Tu peux pas la retrouver...
Peur...
Ni ouvrir toutes les bouteilles...
Rien...
Non...
Douce...
Ca se mélangeait avec sa peau...
De toute façon...
Avec tes autres sens aussi...
Elle s'appelait comment ?
Shooter...
Rien...
Non je veux rien...
J'en veux pas...
Non...
Un rien c'est déjà quelque chose...
Tu peux comprendre, les gens, toi, avec les yeux ?
Toi...
Toi ?
Non moi rien...
Tout est question de sens aujourd'hui...
Respire...
Non...
...

Sixième jour...
Ecrire...
Ecrire...
Tu sais...
Ca n'a pas de sens quand je suis avec elle...
Non...
Comme un moment suspendu...
Arrêté quelque part...
Le son disparait...
Tout devient déraisonnable et sans importance...
Oui...
Et possible...
Oui...
T'aimes bien faire des toutes petites phrases ?
Non...
Je perds mon temps...
Non...
Il n'a plus le même sens...
L'ennuie n'existe plus...
Il n'a plus le même éclat...
Toutes les autres choses non plus...
Tout est sans importance...
Quand t'es mort quand t'es vivant...
Non...
On s'en fout...
Les rêves on s'en fout...
Les autres on s'en fout...
On n'a plus de passe-temps préféré...
A part baiser...
Ou se faire du mal...
Ou baiser...
Tout est déraisonnable et sans importance j'te l'ai dit...
On existe que par nous-même...
Donnant de la valeur à chacun de nos gestes...
L'un pour l'autre et avec l'autre...
Point...
Les autres on s'en fout...
T'arrives presque à être heureux...
Finalement...
Ouais finalement...
Comme si...
Non pas comme si...
Je savais...
Ca durerait pas...
Comme si non pas comme si...
Tu pouvais pas revenir à ta place...
Elle m'avait apporté un truc en plus...
De l'intérêt ou de l'amour ça peut pas exister l'un sans l'autre...
Tu peux pas dire on fait les choses pour rien...
Non...
Même si ça fait mal...
Même si ça fait bien...
Non...
J'existait qu'à travers elle...
Non oui enfin je sais plus...
...

Septième jour...
Plus rien ne valait rien...
Tout avait disparu...
Comme le reflet dans la glace c'est pas une photo qui s'accroche...
Ou se révèle...
Tu vois plus rien que le tien de reflet...
Et le souffle de ce vent qui rend fou...
Y a plus de bruit maintenant...
Plus rien quoi...
Ni au pluriel ni au singulier...
Ni ta voix qui résonne tout le temps et fait trembler tous les murs...
Ni le fracas des choses qui s'explosent sur le sol...
Ni mon lit qui bouge tout seul sous tes hanches, j'ai toujours détesté ça...
Le coup de tes hanches...
Le goût des choses...
Frénétiques...
Comme une possession, un truc bizarre quoi...
Comme si on allait s'étrangler avec les draps et faire plus qu'un avec le meuble...
Et passer à travers tout...
Comme une nature morte complètement enchevêtré l'un dans l'autre...
Au chevet quoi....
Des mourants ouais...
A cet instant précis tu fais le dessin dans ta tête...
T'imagine la scène...
Je fais toujours ça une fraction de seconde avant toi...
Toujours c'est tous les jours...
Tout le temps quoi...
Tes cheveux dans mes yeux...
Noirs....
Me font pleurer...
Mais arrête toi...
Ouais arrête toi une seconde...
A quoi tu penses ?
Dis-moi à quoi tu penses....
Pourquoi tu me laisses tout faire...
Pourquoi tu me laisses tout le temps tout seul...
Tu sais très bien j'aime pas être seul...
Je suis en manque...
J'arrive pas je tremble...
Tu voulais que je sois percutant...
J'en ai trop pris...
Je tremble...
L'écume aux lèvres des jours...
Ca passe pas....
Rien ne passe plus...
Je m'essouffle...
Du verbe s'essouffler...
J'aime ça...
Ca me fait tourner la tête et m'enivre...
Et j'aime ça...
Ton poids sur moi...
Le mien sur toi...
On fait l'amour on reste...
Et le matin on part bosser comme si de rien n'était...
Claque la porte ste plait...
Je garde tout pour moi...
...

Huitième jour...
Tu sais quoi j'vais te raconter le trajet que j'ai fait ce matin...
Juste parce que je prends le même chemin et que j'aime bien observé tout...
Et que pour écrire pas besoin de vivre des trucs sensas...
Juste regarde...
Tout ce qui t'entoure...
Sentir l'air quand t'ouvres la fenêtre et dégourdir mes muscles...
Comme si tu renaissais de ta nuit...
C'est simple le matin tu diras c'est toujours la même chose...
Mais prêtes-tu de l'importances à cette routine...
Y a comme quelque chose de changer ou de peut-être, peut-être...
Comme un truc en plus ou en moins mais un truc quoi...
Comme si c'était déjà entendu...
Comme un sourire presque qui se dessinerait...
Mais malgré tout tu dois t'affairer car t'as des choses à faire pas vitales, non mais à faire...
Comme des listes de trucs que tu griffonnes sans cesse pas griffouilles non...
Et cette satisfaction que c'est bien...
Même si tu les as pas encore faites...
Et tu sais pas encore ce qui va se passer aujourd'hui c'est que 7 heures...
Renaitre...
Tu te rappelais pas que t'avais disparu...
Chaque jour est un plus ou un moins...
Tout va bien...
Il fait beau et tu sais à peu près comment t'habiller...
Toute façon dans ton mode de vie l'à peu près n'existe pas...
Ou plus...
Tout était préparé comme quand t'était gosse la veille au soir de la rentrée...
Sauf que t'as pas de cartable...
Ou alors c'est pas le tien...
Comme ça tu gagnes du temps à zapper entre M6 et la maison de Mickey et les clips de W9 ou D17...
C'est la matin et la facilité me guette déjà...
Café...
Pas de sucre...
Plus...
Ni miel ni confiture pour adoucir...
Plus de lait...
Une boisson végétale qui se mélange pas finalement comme de l'eau colorée en blanc...
Comme une perte de saveur et une nouveauté...
Comme si tu n'étais pas chez-toi et c'est quand même un lieu connu...
Bref tu t'embrouilles déjà alors que tu rêves quasiment jamais...
Cette sensation d'avoir peur aussi...
Terrible...
Comme si des bruits dans les choses et les murs étaient entrés à l'intérieur de toi et te posséder littéralement...
C'est à dire de tout ton être...
Tu diras à ce moment précis je m'en fous ouais de ta vie à toi moi j'ai déjà la mienne à gérer comme l'accueil que tu prends déjà sur mon FB...
...

Neuvième jour...
FLASH
Elle pleurait derrière ses lunettes grises...
T'es sûr ?
Sûre...
J'lai vue qui remontait vers moi...
Cachant son regard des autres, des autres autres que moi, je veux dire...
Elle a fait comme si j'existais pas...
C'est dire...
Juste...
Transparence...
Alors j'me pose des questions t'sais...
Non tu sais pas...
Sur ce qui est bien ou pas...
Tandis que ses cheveux frôlent mon visage et que je sens son parfum contre moi...
C'est dire c'est calme les battements de coeur...
Surtout le sien...
C'est juste l'excitation qui est rapide...
Faut pas être pressé et faire croire ça m'intéresse pas...
Tu fais la même chose de toute façon...
Ce regard plongé en-moi...
Ne faisant plus qu'un...
Une...
Tu te rappelles pas...
Me fais pas croire que...
Non...
Tout se mélange dans une mixité trouble...
C'est pas long pour entrer dans quelqu'un t'sais je prends même des mimétismes...
Le plus dur c'est de résister...
Ou de rester..
A l'intérieur de toi...
Ne serait-ce qu'un instant...
FLASH
Chuis pas transparent...
FLASH
Non, je pleure pas...
Non, je cours pas...
Non chuis pas amoureux...
Non...
Non...
Non...
Juste dépendant de ta dépendance à toi...
FLASH
Tu t'es levée tôt ?
FLASH
Toujours...
Jamais...
Syncopé...
FLASH
Tu dors ?
Tu dors ?
Mais réveille-toi putain !
T'as dit que tu me laisserais pas toute seule...
Que tu partirais pas...
Mais réveille-toi !
Tu dors...
Dors...
Tu...
Non...
Tu...
Non...
FLASH
C'est pas beau...
Non...
Je t'aime pas j'te dis...
Tu percutes pas...
Sonné...
Complètement abruti...
La tête qui tourne...
FLASH
Comment tu peux dire ça..
Avec si peu de moyen, de haine et de force...
On dirait de la cuisine moderne comme quand y a rien dans ton assiette et c'est si beau...
Et bon...
Et cher...
Et brillant...
Et rapide...
Et rien...
Tout est mis en scène pour te faire avaler ce rien, ce sous-entendu de rien...
Tu comprends rien...
Façon t'as jamais rien compris...
Tu crois quoi ?
Que c'est à toi que je parle ?
FLASH
Je marche, je me rappelle plus de rien...
FLASH
Elle pleurait derrière ses lunettes grises...
Comme si on pouvait mettre du pluriel au nom des couleurs...
Je me rappelle même pas ton non t'sais...
Je l'ai pas entendu d'ailleurs...
Non...
Laisse-moi...
J'tai dit de me laisser...
Non...
Mais laisse moi putain...
Non...
Dégage !
Dégage putain !
Pourquoi tu crois que c'est à toi que je parle...
Pourquoi ça te parle tant...
Tu sais bien qu'j'invente tout...
Chuis possédé...
De tout mon être...
A cause de toi...
FLASH
Rictus...
FLASH
T'sais quoi ton visage me dit rien...
J'm'en fous je pars dans une heure...
Pourquoi tu pleures ?
C'est ton regard il me fait peur...
Tu pleures...
Je me rappelle plus pourquoi...
Pourquoi t'es si méchant avec moi...
Pourquoi tu m'aimes pas...
Pourquoi tu parles pour moi...
T'as bien fait de te lever tôt t'sais...
Je me rappelle de rien j'te dis...
Laisse-moi...
FLASH
Pourquoi tu me parles ?
FLASH
J'vois plus rien que ces gens qui se perdent, errent, tournent en rond, se cherchent, et moi au milieu de tout ça, de ce tas d'êtres humains, abjects, je dois leur indiquer le chemin, non je crois pas ça, non, j'ai pas envie de ça...
Putain !
Pourquoi pourquoi pourquoi c'est à moi qu'ils parlent...
Et pourquoi je les regarde pensant qu'ils sont si différent de moi alors que je suis pareil...
C'est vrai que tu m'aimes bien, dit ?
Il doit y avoir quelqu'un à l'intérieur de moi qui gratte et me fait mal...
FLASH
Complètement imbibé de lui....
Ou d'elle...
Tu vas kiffer...
Faut que je prenne ma douche et m'aère...
Je peux plus rester enfermé avec toi...
A l'intérieur de moi...
FLASH
Les nuits étaient pareilles que les jours finalement...
FLASH
Je bois pas t'sais mais de toute façon c'est pareil...
J'm'en fous...
Non je m'en fous pas t'sais...
Surtout pas de toi, t'sais...
Non...
Pas...
T'sais...
Ouais...
Toute façon c'est pareil...
Non c'est pas pareil...
Elle avait fini de pleurer...
Derrière ses lunettes...
J'attendais juste...
Que nos regards se croisent...
Quelque part...
Ou bien jamais...
FLASH
...

Retour à l'accueil