Chapitre 16

C'est marrant...

J'arrivais presque à atrapper quelques mèches de ses cheveux qu'elle laissait passer entre nous...

Blondes...

Je veux dire entre sa chambre et la mienne...

Une odeur de parfum...

A travers le mur...

Propre...

Comme un lien qui pouvait nous relier...

De la pomme peut-être...

Combien de temps ça a durer, je ne saurais le dire...

Y en a qui aime bien...

Que faisait-elle tout ce temps de l'autre-côté...

Lire en diagonale...

Et toi ?

Enfermée ?

Entre les lignes...

Pourquoi tu t'es mis à lire mon journal ?

Comme deux discours parallèles...

Existait-elle vraiment ou était-ce encore un trouble...

Ca peut pas se croiser, si ?

Un vertige de mon existence...

Un mirage mais pas dû à la chaleur...

Peut-être une création à cause de mon manque d'humanité...

A force d'être enfermé tu peux créer ce mécanisme de défense...

Pour pas sombrer...

Ou sombrer encore plus c'est selon qui tu es...

Et ce que tu veux...

J'aime pas ce que tu fais, Gamin !

C'est même pas un prénom en fait...

Une chose est sûre c'est que le réveil est de pire en pire...

Quelque chose clochait dans cette histoire...

Avais-je encore tout inventé ?

J'avais juste envie de me taper la tête contre les murs...

J'arrive plus à me concentrer...

Ca ne t'arrives jamais d'entendre un bout de conversation dans le bus...

Quand t'es tout seul et que tu attends et qu'il n'y a rien par la fenêtre...

Tu attends même quand tu te déplaces, tu attends...

Alors t'écoutes...

Une voix parmi les autres...

La prendre en cours de route comme ça...

Sans savoir qui parle et surtout de quoi...

Tes yeux sont parfois fermés...

Tu t'en fous mais tu écoutes pendant tout ton trajet...

Impression qu'on t'étrangle un peu parce que tu sauras rien...

Et ça t'énerve...

C'est pas de la curiosité...

Juste un manque de souffle...

L'inspiration c'est ça...

Ou plutôt comme une possession...

T'arrives au boulot avec ce sentiment que tu dois raconter tout ce qui vient de se passer...

Même si c'est rien...

Mais comme t'es écrivain...

Ou plutôt t'aimes bien jouer, tu peux inventer la suite...

Elle essaye de passer sa main...

A travers le mur...

Mais le garçon ne veut pas...

Car c'est une prison tout confort...

C'est de la compagnie que je veux, mon canari est mort, regarde...

De l'oiseau il ne restait que les plumes...

Et toi, c'est quoi ton nom ?

Pas de réponse...

Je t'ai dit cette histoire n'est pas pour toi...

Souffle...

Ni à toi...

Je t'ai dit tu penses tout ton temps à inventer...

Mentir...

Souffle...

La feuille sur la table se soulève doucement...

J'te crois pas...

C'est que de l'écriture...

Ca a toujours était que ça...

Gamin...

T'as pas changé...

Sa main est rose, ses doigts sont pale...

Ses ongles blancs...

Je sens presque qu'elle va m'atteindre...

Fracasser ce mur qui nous sépare...

Bref regard dans la glace au-dessus...

Je fais peur, dans le noir...

Une caresse, juste une caresse, je ne te plais donc pas ?

Cette main qui passe d'un mur à l'autre ce n'est pas possible, si ?

J'entends comme un rire...

J'aime bien perdre les gens dans mon récit...

Doux rire...

Comme les petites filles jolies et sauvages...

Je l'imagine entourée de baldaquins et de tapisserie à fleurs...

On peut imaginer sa mort comme on veut, tu sais ?

Et je me trompe pas...

Monsieur ?

Pardon...

Je dois descendre...

Hein ?

C'est mon arrêt, là...

Elle se déplace...

Avec la même odeur...

Enivrante...

Je dois écouter de la musique et marcher un peu...

L'air frais me fera du bien et j'ai dépassé mon arrêt...

Moi-aussi...

Tu disais ?

...

Retour à l'accueil