Chapitre 4...

En fait j'm'en fous...

Cette société peut pas changer...

Les gens qui l'habitent ne sont ni en démocratie, ni en utopie mais en dictature...

A force de vouloir le bonheur des gens nous sommes devenus des cranes rasés...

Des chemises grises...

Dans ce monde celui qui a des cheveux est le roi...

En abolissant tout aspect de différences...

En ne regardant plus l'autre...

En voulant tous être pareil...

Comme un et unique...

A bouffer tout le monde, le gateau, ses miettes et le patissier...

En ayant plus de goût...

Tous pareil dans la médiocrité...

Il n'y a plus d'affiches dans la rue, plus de publicité à la télé, plus de télé non plus, pas de divertissement, plus de culture et tous les murs sont peints de la même couleur, pas de différence en tout...

Tout est gris...

Les gens pauvrent n'existent plus...

Les gens riches n'existent plus...

Les couleurs de peau n'existent plus...

Il ne fait jamais beau, il ne fait jamais froid, il fait toujours la même temperature ambiante...

Le concept même de jour et de nuit n'existe plus...

Ni homme ni femme...

Ni sexualité...

Ni handicapé...

Tous les enfants et les vieux ont été exterminés jugés trop differents de nous...

A vouloir abolir la difference on a enclenché les extremismes qui se sont annulés eux-même...

Il n'y a plus de politique ni de religion en place...

On est libre de rien...

Et toi au milieu de tout ça tu te poses la question de sauver tout le monde...

Tu veux pas te sauver toi-même plutôt ?

Tout ça pour enrayer la crise et le chomage à coup de balles dans la tête...

Plutôt de te demander pourquoi ce jeune roule en BM et vends de la drogue dis-toi plutôt qui lui a vendu la voiture, et qui fabrique les armes...

Tu comprendras peut-être que si tout allait bien y aurait pas assez de gens pour jouer à la Grande Loterie...

En fait le futur même n'existait pas...

Tu étais entrain de vivre dans le présent...

...

Retour à l'accueil