Deuxième partie...

Oui car j'ai avancé d'un jour et sauté deux parties...

Retour en arrière...

Tu t'en est pas rendu compte...

Moi oui...

Je suis mono-maniaque alors ça me gène...

Et pas de plaisir...

Bref...

Imagine que tu rêves tout le temps et pas que la nuit...

Et que tu distingues plus rien...

Ce qu'il y a de vrai ou de faux...

Ca peut être génial...

Mais ça peut faire trop peur aussi...

Ouais trop...

Ouais mais imagine tu te réveilles et toutes tes extrémités se mettent à pousser progressivement les unes après les autres...

Au début ouais t'es heureux...

Tu te réveilles et t'as une belle chevelure...

Brune ou blonde c'est selon...

Tu te reconnais même pas...

Tu sais plus si t'es un homme ou une femme tellement tu en as...

Et tu te dis t'as de la chance tu croyais devenir chauve mais non tu vas pouvoir avoir toutes les coiffures que tu veux...

De ton lit à la cuisine pour te préparer un café il y a que quelques pas et déjà tu te marches dessus...

Ca fait mal ça...

Le carrelage est blanc et déjà tu vois les dégats capilaires que ça engendre...

Et ça traine partout...

Dans ton bol...

Dans l'entrebaillement d'une porte de placard...

Sur ta cuisinière...

Ouvre-vite la fenêtre tu pourras presque plus respirer...

Comme si tu te noyais dedans et ça s'enroule autour de toi comme des serpents...

Bref...

Si ce n'était que ça...

Mais tes ongles des mains et des pieds ont ralongé aussi...

Incapable de faire quoi que ce soit...

Tu peux plus rien attraper...

Tu peux plus mettre de chaussettes ni de chaussures...

T'as déchiré tout et le linoleum en prend un coup aussi...

Merde tu peux pas sortir de chez-toi...

Comme ça...

Et tu peux plus être minutieux et saisir la clé à mettre dans la serrure...

Mais c'est pas tout...

Tous tes poils ont poussé aussi...

Ceux de tes oreilles, ceux de ton nez, tes dessous de bras, ceux de tes parties intimes...

Ca devient du grand n'importe quoi...

Mais c'est pas tout...

Car des extrémités quand tu es un homme ça commence à être délicat...

Hormis ton nez, tes oreilles, ton cou, tes roubignoles et ta bite se sont mises aussi à prendre de la taille et du volume et toi tu deviens tout petit à côté...

Toute proportion arithmétique et architecturale mise à part, tout c'est inversé...

C'est toi qui est au bout si on peut dire...

Je savais j'aurai jamais dû me mettre à rêver...

Fin de la deuxième partie...

...

Retour à l'accueil