Chapitre 2 : le père

D'un coup la circulation s'est arrêtée...

Un peu assombrie...

Un peu mélancolique...

La jeune-fille regarde les mains de ce presque vieillard..

Usées par tant d'années de solitude et sans doute d'érrance dans le froid...

C'est dément !

Elles sont toutes petites...

Toi tu peux encore les voir...

Les lignes, les veines, les gercures...

Les cicatrices...

Les poils...

Les ongles...

Les rides...

Les phalanges...

Les os...

Toi tu peux voir tout ça...

Saisir tout ça...

Capter tout ça...

Pourquoi vous non tu me racontes tout ça ?

Je comprends pas...

T'as l'air paumée plus que moi...

Petite...

Pourtant j'vois plus rien du tout...

Mais je sens ta présence...

Regarde car toi tu peux voir...

Sois mes yeux...

Suit mon regard...

Ecoute les voix...

Respire...

On est entre les deux mondes...

Comment ?

Comment ça ?

Je comprends rien...

T'as vue, personne te reconnait...

Parce qu'en fait t'existe pas ici...

T'as pas ta raison d'être...

Ici...

Rien ne va...

Ca va pas  s'arranger maintenant...

Le regard de popy le chien est attendrissant...

Il se relève pour lècher un truc par terre...

La jeune fille se baisse pour distinguer de plus près...

Y a quelques gouttes de sang qui s'échappe de son poignet...

Pourquoi t'as fait ça petite ? 

Tu me donnes envie de vomir...

T'avais pas le droit !

...

Retour à l'accueil