Chapitre 7...

Deuxième partie...

Je comprenais plus rien...

Ma vie n'était pas celle que je voulais...

Tout était télescopé...

Télégraphique...

Comme une éjaculation précosse c'est dire...

A qui penses-tu à ce moment précis ?

A quelqu'un ou à ta propre jouissance ?

Tout était saccadé...

Frénétique...

Sans soubresaut...

Comme si la vie était dure et pouvait se ramolir...

D'ailleurs elle est pas en erection H24...

Par contre elle te surprendra toujours...

La vie avait sa propre vie propre...

A quoi penses-tu à ce moment précis ?

La vie est une bite ?

Ca veut dire mordre aussi en anglais...

Elle n'est pas toi...

Mais vous devez vivre ensemble...

Enfin j'me comprends...

Fin de la deuxième partie...

...

Chapitre 8...

En ce moment, ouais, je perdais tout ce que j'avais gagné...

Et c'est dire...

Que ce soit mon fric ou les minutes que j'avais accumulées avec toi le long de tous ces mois d'hiver...

Toutes ces soirées virtuelles et ces mots échangés...

Tapuscrits...

Les saisons passaient en même temps que le blanchiment du temps et des effets nefastes sur tes poils et même mes cheveux...

Un vieux dans un corps de gosse et l'incapacité de te retenir et de t'empêcher de faire pleins de conneries...

J'ai beau être protecteur et te dire tu vas ramasser, tu t'en fous...

Un peu...

Beaucoup même...

Mais bon...

Si tu m'écoutes pas, je sais pas à quoi je sers...

Ca me fait rire...

Et je te console de salon...

Tu m'appelles tous les jours pour me parler de toi sans penser si je vais bien...

Peut-être que oui...

Peut-être que non...

Mais j'ai bien fini par me faire une raison et m'en foutre...

C'est drole...

Car j'adore ce son de ta voix et ce petit rire...

Et ?

Quand je te vois j'ai plus rien à dire...

Ou bien je cherche à raconter un truc qui n'a pas vraiment d'importance...

Qui comble tout quoi...

Ce visage sur la télé s'est incrusté dans mes oreilles...

Ché pas si t'as saisi le truc...

Pas comme une conscience...

Non...

Comme une petite image pieuse...

Roulée en boule et mise là à coup de marteau...

Et ça fait mal ?

Non...

Pas vraiment...

Ca rend plutôt dingue parfois...

De voir qu'on puisse aimer quelqu'un qui nous aime pas...

Ca tourne toujours en boucle chez-toi...

Ouais ouais...

Tu crois que j'écrirais, sinon...

C'est une sorte de science-fiction du quotidien...

Je rêve même pas à ce que j'ai pas...

C'est plutôt comme une chute libre sans parachute...

Et j'avance...

J'essaye...

...

Chapitre 9...

Ouais...

Aujourd'hui tout était vraiment différent...

Mais vraiment vraiment...

Comme quand tu te déplaces d'un rêve à un autre...

C'est drôle pour quelqu'un qui ne rêve jamais...

On s'accroche à des détails...

Insigniffiants les détails...

Comme s'ils étaient si important que ça...

Manifestation consciente d'un délire inconscient...

Comme s'ils avaient du sens à ce moment précis...

Alors qu'en fait rien en avait...

C'est dire...

Tu perds du temps à te demander comment te coiffer...

Comment t'habiller...

Ce que tu vas manger ou faire pour dépenser tout ton fric...

Que tu vas ramasser ce que t'as fait tomber...

Tout est cassé...

Eparpillé...

Mis en vrac...

Jette tout sans rien recoller...

Sans excuse...

Ca en jette...

Sans anéantissement...

Qu'au fond tu t'en fout...

Ca te manquera pas du tout...

T'en rachetera pas non plus...

Tu glisses d'un état d'esprit à un autre comme on pisse...

Tu joues...

Tu te lèves...

Tu te rendors pas...

T'essaye...

De mettre des ailes à tes chaussures...

Mais vas-y essaye d'attraper ce bel oiseau...

Tout ça pour agrémenter tes belles godasses....

En restant sur terre...

Tu t'es cru où ?

Ne te reproche rien...

Ferme un peu les yeux...

C'est pas toi...

Qui a des marques de morsure sur les bras...

Qui t'as fait ça ?

J'ai mal...

Cauchemar ?

Non...

Réalité...

...

Chapitre 10...

Pas besoin d'écrire ici ce que je peux te dire en vrai...

Tout ira bien...

A condition que j'y mette du mien...

De la coolitude...

Et sortir de ce personnage...

Sorte d'anti-hero...

Qui se drogue pas à l'héro...

Arrêtez de jouer Mossieur...

Juste inventer...

Oui n'oubliez pas que vous êtes écrivais Mossieur...

Que je suis ni triste ni un looser c'est juste des airs de...

Ptain mais c'est quoi cette histoire...

Imagine...

Ouais imagine qu'en fait ça commençait maintenant...

Que le "je" n'est pas moi qui parle mais un "jeu" général...

Un livre dont on est le héros...

Où tout pouvait bouger comme un coup de dé mais pas du sort...

Où chacun est partie tenante...

Avec ces 6 faces carrées...

Mais qu'il n'y a pas de règles...

Ni singulière ni plurielle...

Qu'on s'influence mutuellement...

Et qu'on s'en fout car ça peut être drôle...

Etrange et rigolo quoi...

Comme un cadavre esquit...

Mais pas l'inverse...

On écouterait des tonnes de musiques et on ferait des photos...

On irait en Angleterre...

On serait artiste de nos vies...

J'aurai envie de boire des litres de café et toi du thé...

J'aurai des tatouages mais je fumerais pas...

Nouvelle étape...

Nouveaux lieux à visiter...

Des rêves, des projets, des galères et des cauchemars...

Mais remarque que j'ai mis le positif en premier...

Et rencontrer des gens qui parlent pas la même langue que moi...

T'embrouilles les pistes ?

Toujours...

J'ai une tonne de choses à faire pour prouver que j'existe...

Non...

Que je suis bien vivant...

Dans cette ptain de réalité ambiante...

J'aime pas ce que t'écris...

Mais j'aime bien tes dessins...

Ouais ouais...

Idem...

Ca commence maintenant ?

Ouais c'est parti...

On va bien rigoler...

Prête ?

Ah tu vois que tu me parles ?

Que tu parles de moi !

C'est sûr et certain...

Mais qu'est-ce qui s'est passé ce matin ?

Je te reconnais plus...

Ben je me suis rasé la barbe et le torse...

C'est pour ça...

Ah bon ?

J'ai mis du fond de teint aussi pour gommer les traces d'asperités qui se sont creusées tout autour de moi...

La nuit durait aussi le jour...

Tout était éteint...

Le matin était au milieu de la nuit quoi...

Le rêve continuait le jour...

Je me retrouve comme sur un tapis roulant...

Je circule comme ça...

Je me vois légèrement d'en haut...

Je sais pas si c'est pas le décor qui bouge avec une sorte de manivelle et moi qui bouge pas comme sur un plateau de cinéma...

Les 7 péchés capitaux...

11h ou 23h ché plus...

Plus de repère mais l'envie d'être greffé à une cafetière...

Greffe toi une machine à écrire et un cerveau plutôt...

Le chien de Mickey ?

Très drôle...

T'es sûr que ça va ?

Ouais...

Tout se déplace lentement...

Jusque devant cette petite qui revient sans cesse...

Elle a des marques de morsure sur les bras et des brulures de cigarettes...

Elle a 12 ans...

Un sweet à capuche rose...

Elle est la vien et e même temps la mort...

C'est-à-dire ?

Elle existe...

Je farfouille dans mes poches mais j'ai jamais de monnaie sur moi...

Je sais pas si elle me comprend...

Si elle sent que ça m'attriste...

J'ai un porte-clé en métal en forme de coeur...

Je sais plus pourquoi je l'ai à ce moment précis...

Je lui donne...

Tiens !

C'est pour toi...

Ses yeux ne brillent pas...

Elle me regarde comme si j'étais fou...

C'est un porte-bonheur...

C'est vrai ?

C'est pour moi ?

A part des sous quoi lui donner ?

J'avais penser à des livres, des feutres, une poupée...

Mais rien vraiment ne pourait lui plaire...

Je sais pas si ça lui fait plaisir...

Ses yeux sont vagues...

Du coup je sais pas pourquoi je lui ai donné...

Plus loin un autre me dit que mon lacet est défait...

C'est la Cité de la Joie aujourd'hui...

Je regarde vers le bas...

Non...

Tout va bien...

Il me dit en rigolant c'est 50 centimes la blague...

Retour dans ma chambre...

Il fait toujours nuit...

... 

Chapitre 11...

T'as compris...

Ouais...

T'as tout compris...

Rêves et cauchemars...

Reveil et réalité...

Tout s'était mélangé dans ton sommeil...

Sur des airs de musiques ou de carillons je sais plus...

Ca donne mal à la tête et au coeur...

Y en a qui disent que quand on rêve on est un peu mort...

Bref...

Si rien ne se passe...

Que t'es toujours éclaté le lendemain...

Que la fatigue ne se dissout pas...

Que même là t'arrive pas à comprendre pourquoi tu peux plus marcher...

Où tout est en langue étrangère...

Comme si tu montais tranquille dans une grande roue...

Tu te réveilles éclaté et même la dose de doliprane n'y peut rien...

Ta peau est brulée...

Bref tout va et rien en même temps...

Il fait beau pourtant...

C'est le soleil de minuit...

Envie de se jeter à l'eau...

Ou pas...

Sentir ce sable sur mon nombril...

Chaud et irrespectueux...

Mais pourquoi même quand tu dors rien ne se passe vraiment...

On ne peut rien controler du tout...

Pourtant rêver, faire des projets et aimer c'est rester vivant, non ?

Pourquoi je me rapppelle de rien...

Je suis jamais libre de ce que je veux...

Je ne veux pas vivre la vie de quelqu'un d'autres...

Tant de choses à faire ou ne pas faire...

...

Retour à l'accueil