Cinquantième Jour...

Première partie...

Il fait froid...

Comme pas pareil...

C'est pas permis quoi...

Tu te dis t'as de la chance...

Finalement...

Quand même...

Grand observateur...

Tu restes pas devant la boulangerie en attendant qu'on vienne te donner de l'argent...

Ou un truc chaud à manger...

T'as pas une ptite pièce ?

Finalement...

Non...

Y a pas plus petit qu'une petite pièce...

Si peut-être...

Toi...

Tu peux te sentir petit quand tu dis oui...

Ou que tu dis non...

Et puis tu cours chez-toi t'enfermer...

J'ai des trucs à faire...

Encore...

Comme plier mon linge...

Tu peux pas comprendre...

Non...

C'est vrai...

On a pas le même rapport d'importance...

Nos échelles de valeur ne se rencontrent jamais...

Non désolé...

Pourquoi être désolé quand tu sais que ta monnaie au fond de ta poche a plus chaud que l'air qui sort de ta bouche... Quand tu mens...

Quand tu oses pas...

Dis-lui que tu veux pas lui donner...

Ce sera plus simple...

Ta richesse en menue monnaie...

Tes centimes...

A toi...

Qui font de toi un homme plus important que toi...

Tout se mesure à la profondeur de la poche et aux doigts qui font de la musique contre ces bouts de métal...

Mes jeans déchirés que j'ose pas jeter parce que je les ai achetés trop chers et que j'ose plus mettre car ils sont passés de mode c'est ce que je compte lui donner...

Il n'a pas de nom...

Peut-être il les mettra...

Alors ca te rassure...

Lui...

J'ai même pas eu l'envie ou l'occasion de lui demander...

Il est plus jeune que toi mais l'indifference ça abime...

Tu peux pas faire semblant de pas le voir...

C'est lui qui meuble la rue...

C'est dire...

Tu choisies ton pauvre toi ?

Difficile à imaginer...

Ah c'est pour te sentir mieux...

Ah plutôt que jeter autant que ça serve à quelqu'un...

Je sais pas pourquoi je pense à tout ça...

Parce que j'arrive pas à concevoir autrement...

La société de consommation ou d'humains-marchandises dont on fait tous partie...

Ca t'enerve de bon matin...

Quand des gens quand tu les aimes ils ont peur que tu leur dises...

Comme si c'était plus simple que de fermer les yeux...

Tu fais quoi de tous tes jours, de toutes tes nuits...

Vraiment...

Je crois tu passes ton temps à fuir...

A mentir...

A te cacher...

Fin de la première partie...

...

Deuxième partie...

Et si j'étais mort...

Mais depuis le début en fait...

J'arrive pas à imaginer...

A croire...

Que tout ça n'avait pas de sens...

Je me rappelle pas...

Comment tout avait commencé...

Comment  tout avait fini...

Es-tu bien dans ton corps...

Pourquoi toutes ces questions qui te trottent dans la tête...

Toutes ces musiques...

Une infinité même...

Ces souvenirs c'étaient les tiens ou ceux de quelqu'un d'autre...

Tout se mélange encore...

Toutes ces voix...

Ces cris...

Ces pleurs...

Ces rires...

Ces douleurs...

Tout ça...

T'es sûr que t'as pas tout imaginé ?

Tout volé ?

Tout approprié ?

On passe son temps à se faire passer pour quelqu'un d'autre sans vraiment savoir qui on est au fond...

Tu es gentil ou méchant ?

Pourquoi devrais-je être indifférent ?

Qui es-tu ?

On peut être les deux ?

Tu m'aimes ?

Pourquoi change-t-on pour les autres...

Pourquoi t'as peur...

Pourquoi partir...

Je sais...

Ca fait beaucoup de questions...

Tu n'es pas obligé de répondre...

T'inquiète pas...

Je suis là...

Même si j'ai froid...

Peut-être à l'intérieur de moi...

Non...

J'ai pas raté ma vie...

C'est la vie rêvée bébé...

Tu écris plus ?

Je ne t'inspire plus ?

C'est pas ça...

Mon amie...

Je me sens trop seul...

J'ai beau croire que tout va bien...

Finalement non...

J'invente encore...

Je vois les gens s'aimer puis se detester...

Disparaitre...

Grandir...

Changer...

Vieillir...

Mourir...

Renaitre...

Fuir...

Faire trop semblant...

Confondre...

Avancer...

Se tromper...

Avoir raison...

Se prendre par la main...

Se mettre des claques...

Et puis recommencer...

Fin de la deuxième partie...

...

Troisième partie...

Bon écoute Coco...

Je sais pas trop où tu veux en venir aujourd'hui...

Tu penses qu'on peut se tromper sur les gens c'est ça ?

Peut-être...

En tout cas...

J'ai mis mes nouvelles chaussures...

Mon carnet dans ma poche...

Et je suis allé le voir...

Il voulait me dire un truc...

L'autre-fois...

Avant que je trace...

Me lire les lignes de la main...

Mais quand je suis arrivé y avait quelqu'un d'autre...

A sa place ?

Devant la boulangerie, oui...

Une espèce d'enfant avec une capuche rose...

La-même que la dernière fois...

Ou son clone...

Etrange...

Comme si tous les angles de rue appartenaient à cette fillette...

Elle n'a pas besoin de te parler...

On comprend tout par ses yeux...

Une seconde de trop ou d'inattention et tu comprends qu'il faut bouger...

Pas rester là quoi...

Et puis j'ai pas trop compris...

Compris quoi ?

Ca ira mieux demain...

Fin de la troisième partie...

...

Cinquante-et-unième Jour...

Flash...

Tu sais...

Comme celui d'un appareil photo...

Noir...

Reveil...

Comme si j'étais aveuglé...

Tu passes ton temps à dormir toi...

Non...

Je vis jusqu'à épuisement...

Et je recommence...

Sans me poser de questions...

Insomnie ?

Non...

Je n'avais rien à faire...

Personne à qui parler...

Tu dois aimer ça ?

De quoi ?

Ben passer ton temps à rêvasser...

Tout ça tout ça...

Non...

Quoi ?

Non je te dis...

Je ne rêve plus...

Plus ?

Tu veux dire plus du tout ?

C'est ça...

Alors j'ai essayé d'autres moyens...

Pour me sentir mieux ou moins bien...

Ca marche pas...

Je dors plus ou moins...

Mais c'est comme si j'étais rayé et que je restais collé au réveil...

Enclenche-déclenche...

Les nuits sont tellement courtes tu sais pas si tu viens de te coucher ou si finalement c'est déjà le matin...

Finalement...

Le rêve c'est ce qui a entre...

T'as essayé ?

Toi ?

T'as essayé d'avoir d'autres vies ?

D'autres personalités...

D'autres vêtements...

D'autres possibilités...

Tu es libre...

Mais y a que toi qui t'en empêche...

Ptain tu te rends compte...

Tu peux faire ce que tu veux la nuit...

C'est trop génial...

Même...

Même si tu veux être Président de la République c'est possible...

Tu peux tout faire...

Tu peux tout être...

Tout tes désirs sont exhausés...

Tu peux avoir des chemises hawaiiennes...

Dominer le monde...

Avoir des jambes de 3 mètres pour pouvoir arriver à l'heure en quelques pas...

Tu peux arriver à te lécher le coude ou te sucer toi-même

Car ta langue est très longue, que tu es très souple et remarquablement bien membré...

C'est ton rêve ça ?

Tous tes désirs deviennent des ordres...

Tu peux revoir tous les gens que tu connais, tes prôches qui ont disparus, tu peux tout leur dire, leur pardonner...

Tu peux aller dans l'espace aussi, parler avec des animaux, voler...

Si tu savais voler ou courir à toute vitesse ou au ralenti dans la vraie vie, peut-être que t'essaierais même pas...

On rêve de ce qu'on a ou pas ou plus ?

Si on faisait tous le même rêve style je veux la paix sur terre, à quoi rêveraient les autres...

Faut que je me procure un sachet de 3g de Rêves...

Demande à Edgar c'est lui qui les revend en haut de la rue...

Je crois il en a plein en ce moment...

C'est la crise et tout le monde en veut...

Mais il les trouve où tous ces rêves ?

Je crois il les volent aux enfants qui dorment enfin tu vois le truc...

C'est du premier choix, quoi...

Ouais d'accord mais je veux pas d'un rêve de gosse moi...

Une bagarre de récrée, des malabars volés, voir sous les jupes des filles qui jouent à la corde à sauter ça t'intéresse pas ça ?

...

Cinquante-deuxième Jour...

Première partie...

C'est tard p*tain...

Je sais...

Je vois pas à l'exterieur le temps qu'il fait...

Cause j'ai tiré le rideau...

Comme s'il faisait nuit...

C'est pareil...

Tant que tu jetes pas le regard à l'extérieur...

L'idée de m'acheter cette dose de rêve me hantait...

J'y pensais tout le temps à tel point que j'en oubliais l'essentiel...

Que j'avais des trucs à faire...

Des trucs important comme penser à moi, à toi, à me raser et mettre la bonne cravate...

Enfin style j'en ai pas du tout c'est dire tu peux toujours chercher dans les tiroirs et armoires...

J'en étais réduit à ça...

Quoi...

C'était une idée fixe mono-maniaque...

J'aurai vendu tout ce que j'ai pour en avoir...

Mais je savais pas au juste combien ça coutait, ni comment reconnaitre Edgar...

Important ça !

Dans la rue y avait pleins de gens qui auraient pu l'être...

C'est dire...

J'étais mal barré...

Ouais carrément...

T'avais même oublié de te branler c'est dire pour un mec ça parait tout de suite waou t'es barge !

Ouais y a des trucs tu peux pas comprendre enfin je veux dire si t'es une fille...

Mais bon...

T'as compris, quoi...

Je sais pas non plus comment il arrivait à les emballer ces rêves et comment il faisait pour les peser...

Et surtout comment ça se prend...

Et l'effet que ça allait avoir devoir sur mon organisme...

Frêle être que je suis...

Ouais j'étais mal en point...

Je sais...

Ca commence comme ça...

Heureusement y a d'autres parties...

Enfin j'espère...

Fin de la première partie...

...

Deuxième partie...

Tu crois que tout va se mélanger ?

A nouveau ou de nouveau...

C'est  pareil...

Mais y a une faute de frappe...

C'est pareil...

Bref...

J'ai jamais eu autant d'audience sur mon blog...

Ca veut dire quoi ?

Que les histoires d'amour ça lasse les gens ?

Ou c'est moi qui les lasse...

C'est selon...

C'est comme pile ou face...

Une chance sur deux mon amie...

Voilà à quoi j'en étais réduit...

Le destin ou la triche...

C'est pareil...

Mais des pièces avec deux faces c'est r are...

C'est le revers de la médaille...

Ca peut être deux piles c'est selon...

Ce que tu veux...

Tu m'imagines avec une vieille machine à écrire...

C'est presque ça...

Je fais de la musique avec la cuillère contre ma tasse de café...

Ah d'accord...

Ouais n'est pas Rostropovitch qui veut...

Et de chaque chose du quotidien, on peut en faire quelque chose...

De bon ou de mauvais, peu importe...

On peut se donner la main...

Tous...

Toi aussi avec la capuche rose...

Arrêtons de faire la manche...

Partons à la recherche du sachet magique...

Tu crois ça va marcher ?

Qui sait ?

Ca fait toujours une chance, une chance sur deux...

Ok...

C'est parti...

Fin de la deuxième partie...

...

Troisième partie...

J'ai soif je meurs de soif...

J'ai froid aussi...

Très froid...

Je sais pas pourquoi mes medocs ne marchent pas ce soir...

Je suis pris de tremblements mais j'ai pas de fièvre...

As-tu peur ?

Peur ?

Mais c'est quoi cette voix qui sort du mur ?

Pas du mur imbecile...

Je suis ta conscience...

Dans ta tête...

Genre Gemini Cricket, enfoiré...

Ouais...

Mais bon...

N'y va pas...

Pourquoi ?

Au moins je t'aurai prévenu, connard...

Au moins ça c'est fait...

C'est clair...

Tu pars d'une idée simple au réveil et tu dois en faire quelque chose...

Et ?

Et quand tu te traites toi-même à la troisième personne, je crois que tu peux y aller...

Plus rien à perdre...

C'est juste un jour à mettre son slip à l'envers...

Pas devant derrière mais dessus dessous...

Bref t'as compris...

Tout fout le camps et toi avec...

Il en va s'en dire et je devais faire avec...

Ecrivain (de mes 2) ou pas...

De mes 2 quoi ?

Fin de la troisième partie

...

Quatrième partie...

Edgar avait une veste à carreaux...

Un peu passée d'époque...

Un peu dépassée quoi...

Et Justine ne voulait pas que j'en prenne...

Des vestes ?

Non...

Des carreaux ?

Non...

Des drogues...

Ouais...

En fait il t'a fallu combien de pages pour arriver à ça ?

Ouais...

A ça...

C'est pas un peu compliqué ?

Non...

En fait je sais pas de quoi demain sera fait...

Le chapitre qui vient...

Même si j'ai une toute petite idée...

Tu cherches souvent l'inspiration dans ce qui t'entoure ?

Ouais ouais arrête de me poser des questions je te prie...

Si je fais ça c'est pour t'aider...

Si je fais ça c'est pour ton bien...

Ca...

J'essaye de comprendre...

De te comprendre...

Ca...

Ouais je sais...

Mais y a rien à comprendre...

Je suis scotché...

Fin de la quatrième partie...

... 

Cinquième partie...

Edgar travaillait donc en haut de la rue...

Je sais tu l'as déjà dit...

Mais c'est vague comme information...

Des rues y en a plein...

Et y a pleins de gens donc avec ce même genre de veste...

Tu crois qu'il fait ça toute la journée ?

Ou qu'il travaille uniquement la nuit ?

Je sais pas...

Je me suis pas rendu compte de ça...

Je pense il doit en avoir plein le dos...

Pourquoi tu dis ça...

C'est ce que je penses si je voyais débouler des gens tout le temps à la recherche d'une once de bonheur à monnayer...

Des fois ça t'arrive pas de douter ?

De toi, de tes choix...

Moi à sa place je me dirai si ça vaut le coup...

Si je suis assez humain pour faire ça...

Tu crois qu'il faut avoir du coeur ou pas quand on es revendeur ?

Es-tu prêt ?

Non on ne l'est jamais assez...

Met des godasses et fonce...

Fin de la cinquième partie...

...

Cinquante-troisième Jour...

Première partie...

Tu déroges pas à la règle...

Un chapitre par jour...

Tu crois quoi ?

Ecrivain c'est un travail...

Je peux pas sauter une journée...

C'est pas un cercle vicieux...

Simplement...

Une habitude à prendre...

Toi tu fais quoi ?

Tu donnes à manger à ton chat, tu te brosses les dents, tu fermes ta porte avec la clé, tu regardes si tu as reçu du courier, si tu as fait la vaisselle, si ton frigo est plein, si t'as téléphoné à mamie, tu jettes ta poubelle, tu t'occupes de ton linge, tu vis quoi, l'inverse serait faux, et moi, j'écris...

C'est pas un leitmotiv...

C'est pareil...

Les jours recommencent malgré toi...

Malgré moi...

Et les idées sont persistantes...

Y en a plein qui comprennent pas pourquoi je fais tout ça...

Dis-toi plutôt pourquoi toi tu fais rien...

Ce sera plus simple...

Pourquoi lis-tu ?

Si t'aimes pas ce que j'écris...

Ah oui tu écris bien quand même...

Ca fait 20 ans que j'écris...

Y a presque 500 articles sur ce blog t'as du croire que je commençais...

Mais non arrête je suis pas enervé...

Mais je fais plus d'un truc par jour...

Pourquoi te justifies-tu ?

Alors ?

Parce que j'ai l'impression que tu fais rien de toutes tes journées...

Voilà pourquoi...

Bref...

Je monte la rue...

Mes chaussures finalement se sont vite abimées...

En quelques trajets...

Aller-et-retour...

Mauvaise qualité...

Mais t'as pas besoin de les avoir pour croire que t'es un indien au fond...

Mais c'était trop stylé quand même...

Bref...

Une vraie pipelette...

Je vois un mec dans la rue qui ressemble à Edgar...

Je lui demande s'il en a...

Il me regarde éberlué...

Un peu mon neveu tu veux les voir ?

Hum...

'Scusez-moi...

Je me suis trompé de personne...

Ou de marchandise...

On dirait ici qu'on peut acheter tout ce qu'on desire...

Selon ces desirs...

Car les gens sont désireux...

Ici...

Mais pas désirables au fond...

Pourquoi toutes les mauvaises choses se passent toujours au fond d'une mauvaise rue avec des mauvaises gens...

j'veux rêver moi qu'ça se passe bien, style avec des paillettes et des arc-en-ciel, bref avant d'en prendre...

Mais t'as pas besoin...

Toi...

De faire des bons ou bas-trip...

T'es défoncé du matin au soir...

Ca va t'apporter quoi hein de plus...

Ché pas...

Tiens ça y est je l'ai trouvé...

T'en veux combien ?

Fin de la première partie...

...

Cinquante-quatrième Jour...

Première partie...

Un autre jour...

L'hiver est derrière moi...

Avec tout le froid et les mauvais souvenirs...

Le ciel bleu est éclatant...

Oui j'aime bien observer...

Tout depuis ma fenêtre...

Le temps qui passe devant mes yeux...

Non je suis pas sombre...

Oui c'est un autre jour qui commence...

Ca commence toujours comme ça...

Et je crois bien que je t'aime...

Par amour pn entend toujours  désir sexuel...

Mais être amoureux des mots et des lettres et de nos échanges...

Je l'ai déjà dis c'est encore plus profond quand c'est sur la même longeur d'onde...

Un amour cérébral...

Intelluctualiser la chose...

Etre positif et avancer avec ce sentiment amoureux...

C'est romantique...

Pure énergie...

Conscience éveillée...

Tu as pas besoin de rêver ?

Non...

Si...

Non...

Je sais pas...

Ma vie peut être un rêve...

Quand tu penses à quelqu'un...

Non...

Si...

Non...

Je sais pas...

Fin de la première partie...

...

Cinquante-quatrième Jour...

Deuxième partie...

Mossieur !

He Ho !

Ptain il est tombé par terre...

Il s'est complètement ramassé...

Mossieur ! 

Reveillez-vous !

Ca fait toujours ça la première fois qu'on en prend...

Regardez son sourire sur le visage...

Il est en plein trip...

Ptain il va me faire remarquer...

Et couler mes affaires...

Fouttez-moi ça dehors...

T'en as pris combien, hein ?

Enfoiré...

6...

6 grammes !

Non...

6...

6 sachets !

Tes rêves mon gars vont carrement prendre le dessus sur ta vie...

Crois-moi...

T'es mal barré...

Ca va commencer comme la plus grosse cuite de ta vie...

Mal de crâne, tremblements, nausées...

Insomnies aussi...

Ensuite tu vas dégringoler...

De toi-même...

Ca va te faire drôle...

Tu tombes sur place...

Tu te fais dessus...

Tu vas parler tout seul...

Beaucoup pleurer aussi... 

Et tu auras des hallucinations...

Tout le temps c'est tout le temps...

Tu fais une overdose mon gars...

T'as abusé avec les trucs qui te font du bien...

Trop...

Tu pourras plus rêver...

Et quand on rêve plus c'est qu'on est mort ?

Ouais c'est pareil mon gars...

C'est pas pire que de vivre ta vie de merde, hein ?

Y en a dans les pires situations, ils perdent pas le sens de l'humour...

Fin de la deuxième partie...

...

Cinquante-cinquième Jour...

Première partie... 

Dûr...

Les réveils le sont toujours...

Mais là, je dormais pas...

Je me retrouve perdu au milieu de la rue et un mec m'a fait les poches et piqué mes pompes...

Les pieds-nus comme un fakir ou un prophète...

L'impression que tout le monde me regarde...

Normal...

J'ai plus de pantalon non plus... 

Je retourne chez-moi et prends une douche...

C'est bizarre...

Où est passée ma baignoire...

Je l'ai vu traverser la rue toute à l'heure...

Je crois...

On est jamais sûr de rien...

Avec ces trucs là...

C'est drôle quand même...

Ma couleur de peau s'est effacée...

Aspirée par la bonde...

Avec ma peau aussi et mes os...

J'ai l'impression d'être une planche anatomique, un écorché en deux dimension...

Difficile de se regarder dans le miroir et d'essayer de se coiffer maintenant...

Je mets du sang partout...

Et je tache tous mes vêtements...

Il faut que j'essuie mes traces de pas aussi...

On tape à ma porte...

Je vois pas bien attendez qui est là...

Personne...

J'enfile un peignoir...

Une serviette enroulée autour de mon visage...

Ca va...

Ca fait pas mal...

J'ai l'impression d'avancer à l'aveugle...

Vous avez pas soif ?

Qui est là ?

Qu'est-ce que j'vous sers ?

Où suis-je ?

On a des très bons cafés et des muffins...

Pepites de chocolat...

Sinon y a la formule soupe plus bagel pour neuf euros cinquante...

Avec ça ?

Vous prenez la porte au fond....

Marchez quelques kilomètres sur la Nationale...

Et ?

C'est encore plus loin...

Ah...

D'accord...

Vous comptez voter pour qui ?

C'est important ça vous savez avec ce qui se passe de nos jours on est jamais sûr de rien enfin je dis ça je dis rien...

Vous pouvez arrêter de parler je vous prie...

Non...

Je vous écris...

Vous voyez pas...

Regardez autour de vous toutes les lettres qui s'affichent en grand...

C'est ça la nouvelle technologie...

Bref...

Vous devriez faire un peu de musculation...

Fin de la première partie... 

...

Retour à l'accueil