Soixantième Jour...

Combien y a de chapitres dans ton roman ou dans ta vie....

Personne le sait...

On peut se reveiller avec l'envie de vomir...

Ou l'envie de crier...

Que tout va bien même quand ça va mal...

On peut se sentir seul car la personne qui nous remplissait n'est plus là...

Partie ou morte c'est pareil...

Avec l'incapacité de la revoir...

Elle n'est plus là...

Je ne peux plus rentrer dans ton intimité...

Je ne peux plus te toucher...

Mettre mes doigts dans tes cheveux...

T'embrasser...

Te mordre...

Te faire rire...

Passer le doigt sur tes lèvres...

T'effleurer...

Me regarder dans le reflet de ton regard...

M'amuser à compter chaque grain de beauté de ta peau, me tromper et tout recommencer...

Sentir ta peau fremir...

Mais ?

Elle ne peut plus me faire de mal même si elle m'en fait encore en partant...

Elle peut plus m'atteindre...

Me frapper...

Elle devient invisible même si elle casse tout chez-moi...

Tout recommence sans cesse...

Mais t'oublie même l'essentiel...

De te relever et de respirer...

Elle est partie mais t'es pas mort pour autant...

...

Soixante-et-unième Jour...

Première partie...

Car je dois me lever tôt...

Ouvrir la fenêtre...

Parce que l'hiver semble parti...

Loin derrière moi...

Plus rien n'est gris et froid au fond...

Parce que je dois me concentrer et réapprendre à respirer...

Normalement...

Quand t'as quelqu'un qui le fait à ta place ça t'aide pas...

Habitue toi...

Sortir du ventre de sa mère...

C'est bien...

Mais quand elle sera plus là...

Tu arriveras tout seul ?

Quand ton ou ta fiancée sera mort(e) ou partie arriveras-tu à le ou la remplacer...

A faire en sorte qu'il ou qu'elle t'accompagne toujours sur le droit chemin même en pensée ?

C'est pas évident d'imaginer la vie sans les êtres qui nous aiment et qu'on aiment...

L'amour disparait-il ?

Le remplace-t-on, le compense -t-on...

J'arrive pas  imaginer une vie vide de ça...

De ces gens et de ces personnes...

On dit on ne vit qu'une fois...

J'ai l'impression d'avoir vécu 1000 vies...

De me retrouver, de me detruire et de renaitre à chaque fois...

L'amour c'est se perdre un peu...

Frénétiqument...

Je cherche à combler les vides et les erreurs...

A corriger les fautes d'orthographe...

Comme un mauvais prof de français qui cherche la petite bête sans s'attacher au fond...

Et tu recommences de la même façon...

Et c'est trop cool...

Fin de la première partie...

...

Deuxième partie...

Un vampire ?

T'es sérieux ?

Non...

Une vampire !

Regarde les deux trous rouges en haut de mon cou !

Ouais !

D'accord je te crois...

Mais on dirait que tu les as fait avec une pointe de feutre...

Ah ouais ?

Merde...

T'as raison...

Mais pourquoi tu inventes tout ça, tous ces personnages, ces histoires qui veulent rien dire...

J'invente...

C'est mon métier non ?

Les vampires ça existent ou pas ?

Pas plus que les histoires d'amour...

Mais j'y crois...

Enfin comment peux-tu  croire à des histoires pareilles...

Sans croyance, qu'est-ce qui nous anime ?

Le boulot, le taff, le job, l'argent, les impôts, l'essence que tu vas mettre dans ta caisse, la bouffe dans ton assiette, le programme qu'il y aura à la télé ce soir, la couleur de tes sous-vêtements est-elle assortie avec ce que tu portes, Tes cernes que tu essayes de faire disparaitre à coup d'anti-cernes, c'est ça ?

C'est ça qui est important...

Combien de fleurs pour fleurir la tombe, en cas achète-les en plastique comme ça tu gruges ton monde...

Moi ?

J'ai fait un choix...

Même s'il se présente pas tous les jours...

Je serais quelqu'un d'amoureux...

Même si on m'aime pas au fond...

Je continuerais à avancer...

C'est ma came...

Je préfere être riche de sentiments...

Même si au fond rien n'est vrai...

C'est trop cool d'avoir quelqu'un à qui penser...

Fin de la deuxième partie...

...

Soixante-deuxième Jour...

Tout le monde est parti, Coco...

Et toi, avec...

Tu fais fuir tout le monde avec toutes tes histoires...

Tes conneries ça intéressent personne...

Nope...

Vraiment...

Dégun...

Tout le monde s'en fout...

De tout...

Et surtout de toi...

Tu as beau t'intéresser à ceux et celles qui t'entourent mais quand tu prends pas de leurs nouvelles ils te parlent plus mais ne te demandent pas comment toi tu vas...

Au fond t'es toujours tout seul...

Il parait qu'on nait tous avec une pelle pour creuser sa tombe...

Faut dire y en a qui prennent leur temps...

Faut dire y en a qui sont plus doués que d'autres...

Y en a qui aident leur voisin de droite...

Et d'autres qui s'en fouttent carrément et attendent...

Y a d'autres catégories mais je sais pas où les mettre...

Tu crois toujours que les gens sont à toi...

Qu'ils t'appartiennent...

Qu'ils doivent te rendre des comptes tous les jours sur leur états d'ame ou de santé sans penser qu'enfin tu les harcèles et comme ils repondent pas ça accentue encore plus ton côté protecteur et étouffant...

Oui tu les étouffe tous, toutes...

Même si je suis un amoureux obssessionnel, on ne guerit jamais...

Je suis dépendant à vie de toi...

C'est cool mais ça avance pas ton bouquin ça...

Bon demain j'te jure je me réveille avec des hallucinations...

Ca commence demain...

T'en veux combien...

Pleins...

...

Soixante-troisième Jour...
Première partie...
Dans la nuit je me suis démultiplié...
Oui ça peut être étrange pour quelqu'un qui n'est pas habitué...
A ça...
Même faire peur...
Même être horrible...
Pour quelqu'un qui se drogue pas, quoi...
Attends !
C'est quoi ce délire ?
T'en as pris ?
J'te jure, non chuis clean, j'invente rien !
J'ai pas réussi à dormir de la nuit j'te dis...
J'avais mal de partout...
Et quand je dis de partout c'est de partout !
Au ventre, aux doigts de pied, aux cervicales, aux coudes et aux clavicules, et aux cheveux et même aux testicules...
Presque tout était au pluriel et rien au singulier...
J'avais trop froid...
Aussi...
T'es sûr que tu rêvais pas encore une fois ?
Non !
Ca faisait comme si on te pince, on t'arrache la peau ou te la découpe au couteau, comme si on te grignotait bout à bout, comme si on te transperçait de part en part et tu me diras avec ça si tu fermes les yeux...
J'étais un peu retourné quoi...
Tu m'étonnes...
7h à mon réveil et les sueurs froides sont parties...
J'avais la trique comme à chaque fois...
Matin normal...
Au moins je suis pas malade...
Ca va être une bonne journée...
Je me retourne...
Et ?
Je sens une présence à côté...
Pas loin...
Qui me regarde...
C'est space sachant que je vis seul cause ma copine m'a plaqué la semaine dernière...
Space...
Pourquoi elle est partie ?
Ta gueule !
Ouais...
J'avais la sensation d'être encore alongé dans le lit alors que j'étais debout entrain de me regarder...
2 minutes après je me réveille...
Pareil...
La trique et tout...
Et la sensation qu'on me regarde à nouveau...
Un  troisième moi était alongé à ou de nouveau c'est selon dans le lit...
Toutes les 2 minutes...
Moi et moi et moi !
Chacun prenant la place d'un autre dans le temps...
Toutes les 2 minutes...
En saccadé ou en alterné c'est pareil...
Au moment où je te parle je sais même plus qui je suis et combien on est maintenant, c'est comme quand tu te fixes longtemps dans un miroir sans cligner des yeux...
Au bout d'un moment tu sais plus qui fixe qui et ni de quel côté tu te trouves et si c'est pas toi l'inverse de l'autre...
Il n'y a plus de l'autre-côté non plus...
C'est semblable à toi...
Mais comme si c'était pas toi...
Imagine que tu mets deux miroirs face à face...
Ton reflet se reflète à l'infini...
C'était un peu ça...
Fin de la première partie...
...
Deuxième partie...
Y a des matins...
Tout est mélangé...
Tout te perturbe...
Tu sais plus le début des phrases ni la fin...
Ni quel jour on est...
Mal de crane...
Enervant...
Enervé...
Tu reconnais plus personne...
Tout est brouillé...
Ou embrouillé...
C'est pareil...
Ou pas...
Mais ?
Si tu bandes encore c'est que t'es pas foutu au fond...
Et ?
C'est pas parce qu'on s'écrit pas que je pense pas à toi...
De quoi ?
Tu vas bien ?
Qui ça ? 
Moi ?
Non...
Toi...
Tu me manques ?
Trop c'est trop...
Oui...
Ou un peu...
T'es mon chou d'amour, toi...
Non...
Je peux pas te sentir...
Combien ça fait de temps qu'on se connait ?
Tu veux plus dormir avec moi ?
Qu'est-ce qui s'est passé ?
Il est mort ?
Je veux pas te voir tout nu non plus...
Non...
Il a failli...
De quoi ?
Failli quoi...
Mais ?
Tu es dépendant à vie de moi...
Ca veut rien dire...
Ca veut tout dire...
Amoureux compulsif...
Ca existe ?
Oui oui...
Mais ?
Ne plus écrire...
Ne plus avoir d'obssession(s) pour toi...
Guérir...
J'ai l'impression d'être dans le passé et de recommencer tout pareil...
Je t'emmerde !
Que rien n'avance ou que tout recommence...
C'est fini ?
Non...
Tu es magicienne...
Je suis pas fou...
Mais t'as déjà envouté une cinquantaine de personnes avant moi...
C'est irreversible...
La fille qui descendait la rue n'était pas une vraie vampire et ses dents étaient tout à fait normales...
Elle peut pas être là et en même temps dans un autre pays ou alors je suis pas bien !
Avec son joli manteau blanc...
Je veux pas...
Non je veux pas...
Qu'on m'empêche de penser à toi...
J'ai froid chez-moi, j'ai un teeshirt, un pull une veste et une surveste et une écharpe et une paire de lunettes et des cheveux et une capuche et j'ai froid...
Pourquoi ?
Retour à la case départ...
Bis repetita !
Pouvait-on vivre sans son coeur ?
Uniquement avec ses poumons...
Juste assez d'air pour oxygener son cerveau...
Oxygeniser...
Comment remplir cet espace vide à l'interieur de moi et de ma poitrine et se dire que finalement, je vais bien...
Oui...
Je...
Suis...
Je suis...
Mignon ?
Ouais c'est ça...
Je suis mignon...
Je suis fou...
Je suis...
Je...
Suis...
Je...
J'ai perdu mon écharpe et il faut que je retourne acheter du lait parce qu'après j'en aurai plus pour mon bol de céréales du soir, oui moi c'est le soir pas le matin que je déjeune...
Ptain !
On m'avait jamais dit ça !
Ca me touche !
Coulé !!
Sublime...
Compter ses grains de beauté...
Serais-je plus efficace ?
Combien tu en as ?
Sur le visage aussi ?
Mon amie de mon coeur à moi...
Faites attention aux voleurs...
J'en ai marre d'écrire...
Je veux m'arrêter et j'arrive pas alors je continue...
Il est space ton chapitre là...
Tu l'as pas encore lu tout en entier...
Ca va être cool...
Quand même...
Je comprends rien...
C'est ce que je te disais tout à l'heure...
Regarde plus haut...
Tu me perds...
Putain !
Une bonne appréhension...
Un bon stress...
Pachole...
Bite...
Roubignoles...
Zizi...
Moule...
Chatte...
Je pars en couilles t'imagine le truc...
Je comprends rien...
De rien...
Ce ne sont que des messages...
On ne peut pas être amoureux de messages, non ?
Si...
C'est trop...
C'est pas normal...
Uniquement des mots...
Je suis lourd...
J'étouffe...
Je dois me concentrer et aller de l'avant...
En rayant ton nom de la liste...
Te vexe pas...
La liste des possibles ?
Non...
J'aime pas...
Pas possible...
Ecoute de l'accordéon...
Met ta robe de princesse...
Se tenir par la main...
Ne plus avoir froid...
Se faire des calins...
Dormir à côté de toi...
Te regarder...
Sentir tes jambes repliées s'emboiter derrière moi...
Ton souffle...
Tes cheveux sur le coussin...
Tes seins sous les draps...
Ca fait peur...
Enfin...
C'est pas ce que je voulais dire en commençant...
Etre...
Pas obsédé...
Mais obssessionnel...
Mais ?
J'ai cru que...
Non..
Tu as mal cru...
L'oublier..
Je peux pas...
Mais ?
Continuer à avancer...
Une soupe et ça repart...
Je suis guéri...
Ou pas...
Le temps file et défile...
Sans s'arrêter...
Mes cheveux poussent et tombent et repoussent sans cesse...
J'imagine c'est pareil avec les poils...
Couché 2h...
Levé 7h...
5h de sommeil...
Fuck Mister Sandman...
Enculé de Marchand de Sable...
C'est toi qui la fait venir ou revenir je sais plus...
Je t'ai niqué avant que tu me niques, connard !
Même s'il parait que t'es pd pardon homo...
Avec tes mains toutes douces ou rugeuses...
J'ai fait tout le ménage chez-moi mais je suis pas toqué, hein ?
Tu lèches des montagnes d'oreilles ou gobes les doigts de pieds des jeunes filles...
Tu machouilles leurs cheveux secs et blonds...
Tu mets ta salive partout...
J'ai envie de te voir toute nue...
Je délire...
A coup de surdose de dolipranes 1000...
Bref je me reveille les yeux ouverts et file à fond la caisse...
Enfin c'était hier ça...
Y a pas de bus, de tram, de metro, de velo et de caisses, juste tes jambes...
Il fait trop beau, maintenant il fait trop froid...
L'inverse m'attire...
Il fait bon...
Je suis en pleine forme et guéri de toutes mes obssessions...
Je crois pas...
Non...
Je pense plus à toi ?
Tu crois ?
Tu peux pas t'en empêcher...
C'est un jour different des autres, je veux pas te peser...
Même si on parle des heures ensemble tout le temps, tous les jours...
De tout et de rien...
C'est teinté de dark matter et d'encres aquarellables tout ça...
Je suis le pire...
Toi ?
T'es parfaite dans ton imperfection...
Imperfectible...
Ma mère me soule...
J'essaye mais j'arrive pas...
Tout le monde me soule...
Mais bon c'est comme ça...
J'arrive pas...
Ca m'enerve...
Je fait avec...
J'essaye...
Je promets de plus te faire la gueule...
J'arrive pas...
Je suis alors en phase hypnotique du reflet du miroir narcissique et de réacceptation de mon moi pour me dire ça va je suis ni vieux ni moche...
Encore moins moche moche...
T'es subtile...
J'ai 5 ans non 90 ans ou 2 ans de moins, je sais plus...
Je suis guéri de toi...
Non...
Je crois pas...
Ralentir...
Lever le pied...
Me poser...
Ne pas courir...
Ne pas veiller trop tard...
Etre clean...
Ne pas penser que tu as une collection de petites culottes...
Fantasmer...
Trop tard...
Trop tôt...
Trop tout...
Trop...
Rien...
T'as tout inventé...
Préformaté...
Reset...
Si tu en tues un seul, rien qu'un, tous les autres meurent aussi...
Tous pareils...
Et si différents...
Tous fait de la même matière...
Ecrire un bon scénario...
Penser à des images et des mouvements au ralenti...
Danser...
Mon mal de tête se délite dans les effluves de parfum et d'éther...
C'est drole les fleurs qui sentent le souffle et le soufre...
Tu dis, t'as mal au coeur alors que c'est au bide que t'as mal...
Ca veut rien dire...
Tête à poux...
Tête à chou...
T'as 2 couleurs de poils...
Et moi je l'écris...
Taré !
Je l'ai toujours su...
Ca...
Je dois être clean et cool et plus dérangé...
C'est plus fort que moi...
Dilemme...
L'apéro c'est à une certaine heure après ça s'appelle boire...
T'as les chevilles qui enflent et moi une autre partie de mon corps...
Bref...
Parce qu'il faut l'être...
Je t'aime...
Et ?
Y a des matins...
Tout est mélangé...
Tout te perturbe...
Tu sais plus le début des phrases ni la fin...
Ni quel jour on est...
Mal de crane...
Tu reconnais plus personne...
Tout est brouillé...
Ou embrouillé...
C'est pareil...
Ou pas...
 Et ?
Fin de la deuxième partie...
...
Soixante-quatrième Jour...
Première partie...
Ecoute Coco...
Arrête tes conneries !
Tu sais bien que j't'adore mais là tu commences à me gonfler...
Serieux...
J'comprends rien...
Même quand j'te demande un article simple...
Tu cafouilles tout...
Bon...
On continue à bosser ensemble parce que les gens tu les attires...
Ils se demandent pas ce que tu racontes mais ça leur plait...
Enfin...
Ils savent pas trop pourquoi mais bon les statistiques ne trompent pas...
Bref...
Imagine...
Tu vois...
Je fais encore appel à toi...
Imagine tu te réveilles...
Dans la peau d'une gonzesse...
Qu'est-ce qui se passe...
T'as encore le cerveau d'un mec c'est dire...
Je te laisse imaginer la suite...
Enfin si tu arrives...
Ah oui à part ça c'est comme d'hab'...
Fin de la première partie...
...
Retour à l'accueil