Cinquième partie...

De l'obscurité surgit un espèce de petit bonhomme...

Tout droit sortir d'un film d'horreur...

Le seul humain que je croise est sans bras et sans jambes...

Tout nu dans un long tee shirt crade...

Se déplaçant comme un gros ver déguelasse...

Frottant son pénis sur le linoleum à chaque mouvement...

Une clope au bec...

Qui êtes vous ?

Je m'appelle François...

Ca voulait tout dire...

Les gens qui s'appellent François en général sont plutôt louches...

Berk...

Je m'étais pas trompé...

Encore une fois...

Je suis un réfugié graphiste...

On m'a enfermé ici comme vous...

Tu vois qu'est-ce que je vous disais...

Comme tous les artistes...

Dans cette p*tain d'histoire...

Dans cette ville avec un immeuble en feu...

Faut le faire quand même...

Mais vous pouvez parler, m'entendre, me toucher ?

Oui mon vieux, qu'est-ce tu crois...

C'est pas que j'ai pas envie mais tu me fais trop envie...

Je vous passe les détails...

On vient du même endroit, pas besoin de fourgon ou quoi pour passer de l'autre-côté...

Tu veux jouer ?

Jouer ici ça voulait dire autre chose...

C'était malsain je pense...

C'était comme être aspiré soudain par une tourniflette à piston c'est dire !

Ca court pas les rues...

Le seul moyen d'en réchapper c'était pire que tout...

Je me sentais acculé...

Comme enfermé avec lui, incapable de bouger et de sortir...

Il s'est mis à sourire bêtement...

Pire qu'un cauchemar...

Mon seul espoir d'en ressortir vivant c'était de siffler ou plutôt de fredonner des chansons françaises...

Style toutes les chansons de l'Ecole des fans en passant par Pierre Perret, ou la Compagnie Créole...

J'avais choppé ce truc à la télé, ça fait fuir tout le monde...

Il pouvait pas se boucher les oreilles le pauvre...

Sa tête de ragondin à 3 pattes a exploser literralement et tous les morceaux du reste de son corps se sont éparpillés au soleil...

Y en avait presque partout...

Berk...

Je tente une autre porte...

Fin de la cinquième partie...

...

Retour à l'accueil