Première partie...

Tu sais, Coco...

Les gens ils s'en fouttent que tu écrives bien ou pas...

Ce qu'ils veulent c'est du sensationnalisme...

Quelque chose qui les accroche...

Qui les émeut...

Pas ton genre d'histoire quoi...

Manque plus que les violons se mettent à pleurer...

C'est la loose...

Même si tu as du style...

Quoi ?

C'est toujours pareil...

Quoi ?

Tu crois que les gens se lassent...

Tu crois que les gens te lisent...

Quoi...

Mais en fait tout le monde s'en bat les roubignoles si tu vois ce que je veux dire...

En fait non...

Je vois pas ce que tu veux dire...

Je pense pas que ce soit important...

Peut-être enfin je sais pas...

A quoi tu penses...

A pleins de trucs...

Et en même temps à rien en même temps...

Tu te rappelles la première fois qu'on s'est vue...

On ne sait jamais rencontré...

Je t'avais apporté un cadeau...

Et comme j'avais pas de sac je suis rentré dans un magasin t'en acheter d'autres...

Exprès pour avoir le sac...

Je me demande pourquoi ça n'a pas marché entre-nous...

A qui tu parles ?

Coco...

Tu dérailles tout le temps...

Comme si tout nous rapprochait et en même temps comme si une malédiction s'était abattue sur moi...

Tu crois que c'est à cause de la diseuse de bonne aventure...

Que veux-tu dire ?

Qu'est-ce que tu racontes encore ?

Je voulais m'acheter des mocassins d'indien...

Hier...

Pour avoir l'air plus crédible...

A notre premier rendez-vous...

Tu sais, avoir un dream catcher autour du cou, c'est trop cheap...

Des plumes dans les cheveux ça court pas les rues...

Et pour emballer les filles, il faut être nikel de la tête aux pieds...

Justement avec des chaussures d'indien, c'est trop la classe...

Je te le fais pas dire...

Avec les franges et tout ?

Bref...

J'ai rêvé qu'il y en avait dans une petite rue paumée du centre ville...

Un peu mal-famée...

Le genre de rue où tu peux tout perdre à coup de couteau...

Là tu peux me croire personne te suivra...

Au bout de cette rue une petite boutique à la devanture minable...

Mais c'était comme si toutes les merveilles pouvaient se cacher là-dedans...

Tu déconnes t'es vraiment allé là-bas ?

Ca craint...

Comme si je devais risquer ma vie...

M'aventurer...

Ca fait peur...

Comme si j'étais jamais sorti de chez-moi...

Truc de fou...

Attends...

Les mecs dans la rue étaient collés à moi tellement c'était étroit...

On aurait dit des voyous...

Tout droit sortis du film de Kenneth Anger...

Ou Querelle...

Ah ché pas j'ai jamais vu... 

Bref...

Je rentre dans la boutique...

Et une voix me demande ce que je veux et ce que je fous là...

Merci pour l'amabilté...

Ca rassure...

Une voix féminine au milieu d'un capharnaum...

On sait pas si c'est un cambodgien ou un pakistanais qui parle, c'est dire...

J'ai jamais été fort pour reconnaitre les accents...

Ca doit se déclencher avec un mécanisme quelque part...

Un rideau au fond de la pièce s'ouvre...

Et elle apparait dans le magasin...

Fin de la première partie...

...

Retour à l'accueil